Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 11:41

Le révolutionnaire, proche de Jacques Mesrine, qui a passé 25 ans de sa vie en prison, est décédé chez lui, ce dimanche soir, à l'âge de 68 ans.


Militant d'extrême gauche, Robin des bois révolutionnaire, prisonnier intraitable, grand pourfendeur des quartiers de haute sécurité (QHS), Charlie Bauer, ancien compagnon de Jacques Mesrine, est mort dimanche soir à l'âge de 68 ans, à son domicile de Montargis (Loiret).

Cette personnalité hors norme, sorte de légende révolutionnaire, a passé 25 ans de sa vie en détention, dont 9 dans les QHS.
Charlie Bauer est mort


Voleur pillant des boutiques de luxe pour distribuer le butin dans les quartiers populaires, activiste attaquant les prisons, puis par la suite écrivain, acteur, enseignant en philosophie spécialisé dans le marxisme, Charlie Bauer est mort chez lui, terrassé par une crise cardiaque.

Né en 1943 dans le quartier de l'Estaque à Marseille, fils de résistants juifs et communistes, le jeune Charlie adhère tôt aux Jeunesses communistes. Il se brouille avec le PCF lors de la guerre d'Algérie, déserte l'appel sous les drapeaux, rejoint le FLN, tente de gêner les actions de l'armée française.

Il pille des wagons pour alimenter le FLN, cambriole des magasins de vêtements de luxe qui sont redistribués dans des quartiers populaires.

Un détenu engagé

Arrêté, ce fort en gueule écope de 20 ans de prison et devient un révolté, avalant des lames de rasoir pour aller à l'infirmerie et tenter de s'évader. Il refuse les remises de peines, ces "carottes qui transforment le prisonnier en son propre maton", explique-t-il dans un entretien à Télérama en 2005.

De là datera son engagement contre la prison et les QHS, qu'il fréquentera à Paris, Marseille, Lisieux où il rencontrera Renée, professeur de philosophie qui deviendra sa femme. "Avec 80% de récidives, les prisons n'assurent pas leur rôle de régulateur social, Foucault l'a dit avant moi, la prison n'est pas seulement une privatisation de liberté, c'est l'éradication de l'individu", écrira-t-il.

Il deviendra un défenseur acharné des droits des prisonniers, contre les QHS, "summum de l'appareil répressif de l'Etat". Il se battra pour l'accès à la télévision dans les cellules, pour l'accès aux livres, aux journaux, pour le droit d'avoir des repas végétariens. En prison, il passera une licence de philosophie, une licence de sociologie et un doctorat d'anthropologie sociale.

Cambrioleur, auteur, acteur

En 1979, avec Mesrine, traqué par toutes les polices, ils préparent l'attaque d'un QHS pour libérer les prisonniers mais le projet tombera à l'eau avec la mort de l'ennemi public numéro un, abattu le 2 novembre.

Auteur de plusieurs ouvrages, notamment "Fracture d'une vie" et "Le redresseur de clous" où il raconte son histoire, il acceptera aussi de "faire l'acteur" dans une pièce d'un rescapé du goulag, Varlan Chalamov.

Il avait été aussi conseiller technique pour le film "Mesrine" du réalisateur Jean-François Richet, où son propre rôle était joué par Gérard Lanvin.

Père d'un fille, il venait d'être grand-père. Il sera incinéré vendredi.
Repost 0
Published by AA36 - dans DIVERS
commenter cet article
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 11:17

À Lyon, le 2 juillet 2011, une militante a été interceptée en rentrant chez elle, interrogée sur ses contacts avec le milieu antifa, tabassée. Face à la résistance dont elle a fait preuve,
elle a été violée ….

Les 3 courageux agresseurs étaient des militants d’extrême-droite. Leurs derniers mots en partant furent : « à bientôt »

La concernée affirme qu’elle a toujours lutté contre le système, qu’en aucun cas elle ne se
réfugiera dans ses bras … elle ne portera donc pas plainte.

Dans un acte de courage de sa part, elle surmonte sa peur, sa douleur, et choque en décidant de communiquer sur ce qui lui est arrivé. Son objectif, c’est que cela ne se reproduise plus.

Elle ne souhaite pas se positionner en tant que victime, et ne veut pas être le porte-étendard d’une campagne de propagande. La lutte antifasciste se mène tous les jours.


Aujourd’hui, l’extrême droite lyonnaise vient de passer un nouveau cap. La violence et les actes de barbarie ne sont pourtant pas nouveaux.

En moins d’un an, nous pouvons comptabiliser une dizaine d’agressions à caractère raciste ou « militant » qui se sont soldées par des hospitalisations.

Les responsables de ces actes ne sont pas les seuls coupables. Tous les représentants de
l’extrême-droite lyonnaise sont à blâmer. Ce sont eux qui fournissent les éléments politiques et instaurent un climat de haine créant un environnement favorable à ce genre d’actes…

D’une manière plus générale, notre silence à tous et notre position passive envers la montée de l’extrême-droite nous laisse perplexe et soulève chez les militant-e-s antifascistes, beaucoup de questionnements et de remises en cause en ce qui concerne nos stratégies de lutte.

Ce communiqué ne cherche pas à indigner les masses, mais tout simplement à éveiller les
consciences.

Avec l’accord de la concernée, nous avons choisi de communiquer le plus largement possible. Nous espérons simplement mettre toute personne se considérant comme militante en face de la réalité.


N’attendons pas qu’il soit trop tard.

Nos slogans, devenus folkloriques pour certains, prennent ici tout leur sens.

 

Nous crions du fond de notre âme : ALERTA ANTIFASCISTA !

 

Merci de diffuser ce message et de prendre part dans les luttes au niveau local .

 

Collectif Nosotros
« Ni Oubli Ni Pardon »

Repost 0
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 11:19


Article sur Leberry.fr

concert-rock-n-resist-scalp18-rafi-11.06.11.jpg

Annulé à Saint-Georges-sur-Arnon (Indre), le concert "antifasciste" a finalement bien eu lieu samedi soir, à Vierzon.

 

Effrayé par les menaces de militants d’extrême-droite, le maire de Saint-Georges-sur-Arnon (Indre) a renoncé à laisser organiser, sur sa commune, le concert « antifasciste » mis sur pied par la Section carrément anti Le Pen du Cher, le Réseau antifasciste de l’Indre et l’association Sans Frontières   

Un concert allégé a finalement eu lieu à Vierzon, samedi soir, à la salle des fêtes des Forges. Hors contrôle, Brigitte Bop et les Stages Bottles ont joué devant soixante-dix spectateurs.

Tout s’est bien passé sur ce site surveillé par la police, jusqu’à… 0 h 40, quand, selon les organisateurs, une voiture s’est brutalement arrêtée devant la salle. Un passager est descendu et a gazé deux filles et trois garçons. Puis le véhicule s’est enfui avant l’intervention de la police.

 

Le concert s’est achevé vers 1 h 15. Du simple fait qu’il ait pu avoir lieu, les organisateurs parlent de « succès politique ».

 

 

------------------------------------------

 

 

Rassembler autant de monde la veille pour le lendemain suite au changement de lieu, est effectivement un succés !

 

Petit rectificatif suite à l'article ci-dessus :

Les nazillons du bloc identitaire gazant lâchement cinq, six personnes devant la salle, l'ont fait de la fenêtre de leur véhicule sans s'arréter !!!

 

La RAFI, le SCALP18 et l'association sans frontières remercient encore le Maire de Vierzon, tous les participants, les bénévoles et les groupes d'avoir participé à cette soirée de musique et de lutte contre le racisme et le fascisme !

 

No Pasaran !

 

La RAFI

(Résistance AntiFasciste de l'Indre)

http://rafindre.over-blog.com/


Repost 0
Published by action - dans INFOS LOCALES
commenter cet article
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 19:39

 

Le samedi 11 juin 2011, dans la commune de Saint Georges sur Arnon (36100) devait se tenir la première édition du festival Rock'N'Resist co-organisé par le SCALP18 (Section Carrément Anti LePen du Cher) et la RAFI (Résistance AntiFasciste de l'Indre) avec au programme marché bio, débat « situation des anti-fascistes en France et la gravité du contexte face à la montée

du Front national » et concert.

Suite aux pressions exercées par le bloc identitaire et le front national de l'Indre, usant d'une propagande mensongère auprès de la population digne des méthodes fascistes, le Maire a décidé d'interdire le festival sur sa commune par peur de trouble à l'ordre public.

Alors que dans la réalité des faits, la haine et la violence de ces groupuscules xénophobes sont bien connues (camps d'entrainements au combat, possession d'armes, intimidations, agressions …)

Cette semaine encore tentative de gazage avec jets de pierres sur un militant, et dégradation de bien public à Saint Georges.

 

Nos libertés reculent mais la lutte continue !!!

 

La RAFI

(Résistance AntiFasciste de l'Indre)

http://rafindre.over-blog.com/

Repost 0
Published by action - dans INFOS LOCALES
commenter cet article
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 10:35

Rock'n Resist Antifa Show #01 format réduit

Samedi 11 juin 2011 à St Georges sur Arnon (36100), le SCALP 18,

la RAFI (Résistance Antifasciste de l'Indre) et

l'Association Sans Frontières organiseront ensemble leur premier concert :

Au programme :

Marché bio : 10h00

Débat antifasciste : 18h00

Concert : 19h30 avec :

 

- STAGE BOTTLES (street punk)

- HORS CONTROLE (street punk)

- LA SOCIETE ELLE A MAUVAISE HALEINE (anarko punk)

- BRIGITTE BOP (twist & punk)

- ANONYMA (rock urbain libertaire)


Seront aussi présents des stands militants, une buvette, restauration rapide, et un camping gratuit pour ceux qui ne voudront pas reprendre la route directement et profiter du cadre très agréable dans lequel se déroulera ce concert !!!

Entrée : 8 euros

Venez nombreux(ses), découvrir ce premier " Rock'N'Resist antifa show 1" !!!

Infos complémentaires au 06.87.04.04.78

Repost 0
Published by action - dans CONCERTS
commenter cet article
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 11:05

Aujourd’hui, le collectif antifasciste rennais appelait à un rassemblement en début d’après-midi devant le FLEURTE CAFE – 47, Rue Jean Guéhenno à Rennes, pour y dénoncer la venue de Laurent James, un proche de  l’ancien dirigeant du FN, Alain Soral, membre comme lui  du groupuscule d’extrême droite français « Egalité et Réconciliation ». Une cinquantaine d’antifascistes scandaient des slogans devant le bar quand une dizaine de personne en sont sortis armés de flash ball et de bombe lacrymo. Deux d’entre eux sont montés sur des quad armés de leurs flashball pour poursuivre les antifascistes, le patron du bar est lui monté dans une twingo foncée. Il a alors pris en chasse Awen, militant originaire de Châteaubriant en Loire-Atlantique et membre de BREIZHISTANCE, du SLB et du collectif 44=BREIZH, avant de le renverser dans une rue qu’il venait de prendre en sens interdit. Projeté au sol, Awen est retombé sur le crane. Il a été emmené aux urgences de Pontchaillou qu’à demi conscient. Le pronostique médical n’est pas encore connu. Le collectif antifa rennais se réunit actuellement pour voir quelles suites vont être donné.

 

 

 

Du nouveau :

Dimanche 15 mai : Awen a eu de la chance ! Il est aujourd’hui sortit de l’hôpital. Il s’en sort avec une ITT prolongeable de huit jours, il est blessé au coude et au genou (entorse). Des militants présents le jour du rassemblement ont essayés de porter plainte mais les policiers n’ont pas acceptés de les enregistrer. Nous espérons bien que la plainte qui sera déposé lundi 16 mai par Awen sera enregistrée.

 

 

http://www.breizhistance.tv/


Repost 0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 13:06

SAMEDI 21 MAI

15:00h Projection-débat: La France de la haine

 

Contre le racisme d'État, les agressions fascistes et la montée de l'extrême droite en Europe, RIPOSTE ANTIFASCISTE!!

18:00h Bouffe populaire (prix libre)

19:00h Concert:
- Les Rouilleurs (Rap conscient- Sainté)

- Psycho Squatt (Anarco-punk - Dijon)

- Mad in Ska (Ska-punk - Lons le Saunier)

- Skalpel (La k-bine)/E-one (Eskicit)/Akye (Bboykonsian)

+ Open mic

Prix: 5€

Les bénéfices seront intégralement reversés à la lutte antifasciste

Repost 0
Published by action - dans CONCERTS
commenter cet article
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 08:48

Objet : fermeture du local néo-nazi de Gerland.

Lyon, le 18 mai 2011


Dans un arrêté municipal daté du 13 mai et rendu public aujourd'hui par la Mairie du 7ème

arrondissement (jointe ce matin au téléphone), la Ville de Lyon annonce la fermeture administrative du

local néo-nazi "Bunker Korps Lyon / Lyon Dissident" situé au 22 impasse de l'Asphalte dans le 7eme

arrondissement.


Le collectif, qui informe depuis de nombreux mois déjà sur la réalité de ce local et appelle à la

mobilisation contre la recrudescence d'une extrême-droite radicale et violente à lyon, se félicite de cette

fermeture qui n'a été possible que grace à la large mobilisation, entreprise sur Lyon.

La mobilisation contre l'extrême-droite à Lyon reste malheureusement toujours nécessaire, les violences

du week-end dernier autour du rassemblement des identitaires en témoignent.

Le collectif reste plus que jamais déterminé à poursuivre et renforcer son action pour obtenir :

* la fermeture de l'autre foyer de haine et de violences à lyon : le local "la traboule" tenu par les

identitaires montée du change.

* l'arrêt de toutes les agressions fascistes et racistes.

* Le soutien aux victimes de ces violences dont les dernières en date : celles de la Croix-Rousse et de

Saint Jean Le 14 Mai


Par ailleurs le collectif continue sont travail de compilation de témoignages autour des violences due à

l'extrême-droite lyonnaise.

Vos témoignages sont les bienvenus sur apa69 (at) riseup.net

 

le collectif 69 de vigilance contre l'extrême-droite

Repost 0
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 11:18

 

Sa manifestation ouvertement islamophobe interdite, l’extrême-droite radicale avait quand même maintenu son appel national à rassemblement ce samedi. La mobilisation antifasciste et antiraciste était donc également maintenue, malgré la pression de la préfecture et de la presse pour faire passer cette journée comme une simple « guerre de clans ». Les violences racistes perpétrées ensuite à St Jean, jamais vues jusqu’alors, montrent que la mobilisation nécessaire à Lyon contre l’extrême-droite doit devenir massive et se diversifier, plus qu’elle ne l’est aujourd’hui.
Retour et photo sur une journée sombre et mouvementée.

Pour les mises à jour concer­nant les vio­len­ces dans Lyon et la répres­sion des anti­fas, voir cet arti­cle régu­liè­re­ment mis à jour.

Lyon est depuis un peu plus d’un an un enjeu pour l’extrême-droite radi­cale. Les réseaux iden­ti­tai­res et néo-nazis cher­chent tout deux à y pour­sui­vre leur implan­ta­tion et à s’y péren­ni­ser dans le pay­sage poli­ti­que. Agressions mul­ti­ples et ouver­tu­res de locaux fas­cis­tes ont planté le décor depuis plu­sieurs mois déjà.

Samedi 14 mai le Bloc Identitaire et son émanation locale, Rebeyne, ont tenté d’expri­mer dans la rue leur obses­sion xéno­phobe et leur désir d’une Europe blan­che en orga­ni­sant une « mani­fes­ta­tion des cochons » isla­mo­phobe . Suite à son inter­dic­tion par la Préfecture et la média­ti­sa­tion qui a suivie, les iden­ti­tai­res se sont pré­sen­tés en vic­ti­mes et ont tenté, avec un ras­sem­ble­ment pour la « liberté d’expres­sion » (sic) d’en faire un sym­bole natio­nal, voire inter­na­tio­nal .

JPEG - 540.2 ko
Identitaires et communication, tout un poème...

Les Identitaires se sont donc retrou­vés à 14h30 pour un ras­sem­ble­ment sta­ti­que sur la place St Jean, pour l’occa­sion bou­clée par les flics. Le ras­sem­ble­ment se vou­lait très « com­mu­ni­quant » et les tenues « sapin de noël » avaient beau être inter­di­tes, la façade n’a guère tenu long­temps. Les cranes rasés y étaient nom­breux et l’isla­mo­pho­bie a très rapi­de­ment pris le pas sur les slo­gans plus poli­cés que dési­raient impo­ser les iden­ti­tai­res. D’autant plus que ces der­niers par­ta­geaient la place et la mani­fes­ta­tion avec leurs frères enne­mis du Bunker Korps Lyon et autres néo-nazes. Les slo­gans à tona­lité nazie ont d’ailleurs été légion à St Jean cette après-midi. Leur fai­blesse numé­ri­que (moins de 400) malgré une mobi­li­sa­tion inter­na­tio­nale, montre clai­re­ment que les ten­sions inter­nes à l’extrême-droite empê­che encore la com­mu­ni­ca­tion des iden­ti­tai­res de faire recette.

JPEG - 718.5 ko
Les « troupes » nationalistes place St Jean

Pendant ce temps la mani­fes­ta­tion anti­fas­ciste, oppo­sée à la pré­sence des fachos dans les rues de Lyon mais pro­tes­tant également contre la pré­sence des deux locaux d’extrême-droite et les nom­breu­ses agres­sions de ces der­niers mois se met en place dès 14h sur la place des Terreaux.

La mani­fes­ta­tion, d’envi­ron un bon mil­lier de per­son­nes lors du départ, plus par la suite, com­po­sée de nom­breux cor­tè­ges et col­lec­tifs de gauche et d’extrême-gauche ainsi qu’une pro­por­tion impor­tante de mili­tants liber­tai­res, avec de nom­breux Lyonnais non mili­tants, a ensuite pris le chemin de Bellecour sous les slo­gans anti­fas­cis­tes. Arrivée sur place, une prise de parole a eu lieu devant le Veilleur de Pierre .

JPEG - 445.5 ko
Prise de paroles au veilleur de pierre

Le cor­tège a ensuite repris son chemin, gla­nant des mani­fes­tants au pas­sage, en per­dant d’autres sous la pluie, jusqu’à la Guillotière puis, via l’avenue de Saxe, la pré­fec­ture et la place Guichard. Tout le long du par­cours les cor­tè­ges vivant se répon­dait par slo­gans, contre le racisme d’état, contre la pré­sence fas­ciste et la xéno­pho­bie ambiante :

« Le fas­cisme c’est la gan­grène, on l’élimine ou on en crève »

JPEG - 310.2 ko

« Alerta, Alerta, Antifascista ! »

JPEG - 696 ko

"Pas de fachos dans les quar­tiers,
pas de quar­tier pour les fachos"

JPEG - 642.6 ko
JPEG - 690.2 ko
Dispositif policier autour de la préfecture

Après quel­ques prises de paro­les les grou­pes se dis­per­sent vers 16h, cer­tains pre­nant le métro ou rejoi­gnant la Guillotière, alors qu’un groupe de quel­ques cen­tai­nes repart en cor­tège en direc­tion des pentes de la Croix-Rousse. Quelques voi­tu­res et four­gon­net­tes de police ont suivi le dépla­ce­ment à dis­tance, cette der­nière sem­blant s’habi­tuer à ce que les liber­tai­res ren­trent de mani­fes­ta­tion en cor­tè­ges sau­va­ges, tant mieux.

JPEG - 493.8 ko
Cortège sauvage en direction des terreaux

Pendant ce temps les fachos, partis de leur ras­sem­ble­ment, remon­tent les rues en direc­tion de la Croix-Rousse, dans l’idée de casser de l’anti­fas­ciste et pro­ba­ble­ment d’inves­tir ce quar­tier sym­bo­li­que de la résis­tance. Un groupe d’anti­fas­cis­tes sans connai­tre ce mou­ve­ment se sont diri­gés vers St Jean : la ren­contre a lieu au milieu du pont La Feuillée qui enjambe la Saône entre St Paul et Terreaux. Affrontement bref mais vio­lent, puis­que la police s’y jette immé­dia­te­ment, coin­çant une partie des anti­fas­cis­tes entre eux et les fachos. Quatre de nos cama­ra­des ont été arrê­tés à cette occa­sion , la mobi­li­sa­tion s’orga­nise pour les sou­te­nir.

JPEG - 682 ko
Les nervis faf en face de st paul
JPEG - 685.3 ko
intervention policière sur l’affrontement

Explosion de vio­lence raciste à St Jean !

Repoussés dans le Vieux Lyon, les iden­ti­tai­res et autres néo-nazis, énervés, se met­tent à y casser les devan­tu­res des kebabs et autres com­mer­ces tenus -ou sup­po­sés être tenus - par des immi­grés. Plusieurs per­son­nes ont été agres­sées. Ce déchai­ne­ment ouver­te­ment raciste, digne d’un pro­grom, ne semble pour l’ins­tant pas être dif­fusé dans la presse. La police inter­vien­dra dans la foulée, inter­pel­lant plu­sieurs dizai­nes de nervis d’extrême-droite (de 50 à 80 selon les sour­ces).

Le masque de com­mu­ni­ca­tion des iden­ti­tai­res est donc bien tombé aujourd’hui, malgré leurs bal­lons rose bon­bons, puis­que leurs trou­pes ont montré leur visage xéno­phobe, vio­lent et viri­liste.

JPEG - 675.6 ko
Quai de Saone

Si c’est une réus­site pour une mani­fes­ta­tion anti­fas­ciste de réunir un bon mil­lier de per­son­nes, sous la pluie bat­tante, la gra­vité des faits dénon­cés depuis des mois par les dif­fé­rents col­lec­tifs devrait déclen­cher une mobi­li­sa­tion plus grande. Le racisme d’une telle marche des cochons aurait dû mobi­li­ser une partie beau­coup plus impor­tante de la popu­la­tion lyon­naise, pour faire com­pren­dre que Lyon est et res­tera une ville de la diver­sité

La pres­sion de la pré­fec­ture et de la presse locale toute la semaine sur la mani­fes­ta­tion anti­fas­ciste et anti­ra­ciste, la fai­sant passer pour une simple et bête mobi­li­sa­tion à l’extrême opposé a quand même, malgré la peur des vio­len­ces, réus­sit à mobi­li­ser. Mais cette mobi­li­sa­tion doit main­te­nant, à la vue sur­tout des vio­len­ces dans les rues de St Jean, après celles dont les mili­tants de gauche ont été les vic­ti­mes ces der­niers mois, aler­ter l’ensem­ble des lyon­nais-e-s sur le danger que font peser ces grou­pes sur notre ville.

D’autres formes de luttes res­tent à penser pour que ces vio­len­ces ne se repro­dui­sent jamais, pour que ces appels racis­tes ces­sent, pour que les habi­tant-e-s pro­ches des locaux néo-fas­cis­tes ne subis­sent pas la loi du silence face à ce climat délé­tère.

Ce combat, s’il est celui des « anti­fas­cis­tes », est aussi celui de toutes les per­son­nes visées par cette poli­ti­que de la haine et de toutes les per­son­nes qui la refu­sent.

Organisez-vous, orga­ni­sons-nous !

A Lyon le racisme ne pas­sera pas !

JPEG - 1.1 Mo
Repost 0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 13:33

 

Le 14 mai : une « marche des cochons » anodine ?

Non : un test pour l’extrême-droite !


Jusqu’à présent, les fascistes ne s’étaient pas sentis assez nombreux et forts pour défiler dans nos rues et propager leurs idées nauséabondes. Aujourd’hui, ils organisent leur« marche nationale des cochons » surfant sur l’islamophobie ambiante.

 

 

 

Communiqué de presse du col­lec­tif 69 : La mani­fes­ta­tion Antifasciste est main­te­nue


MaJ 9/05 à 15h30 : Lors de leur confé­rence de Presse, les iden­ti­tai­res ont appelé leurs par­ti­sans à se réunir place St Jean le 14 mai. Les dépla­ce­ments depuis d’autres villes sont main­te­nus. La mobi­li­sa­tion anti­fas­ciste conti­nue.

 

 

 

Mise à jour le 6/05 à 18h30 : Le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif a refusé le recours en jus­tice des iden­ti­tai­res.

 

 

 

Mise à jour le 4/05 à 15h30 : la Préfecture vient d’annon­cer l’inter­dic­tion de la mani­fes­ta­tion des iden­ti­tai­res. Toutefois, ces der­niers affir­ment leur volonté de main­te­nir leur mani­fes­ta­tion et lan­cent également des recours en jus­tice, la mani­fes­ta­tion anti­fas­ciste est donc main­te­nue, et la lutte contre l’extrême-droite à Lyon conti­nue.

 

Il s’agit pour eux de « dénon­cer la vente de viande halal » qui incar­ne­rait « l’isla­mi­sa­tion de la France ». Utilisant « l’humour » en défi­lant avec des mas­ques de cochons, ils cachent le véri­ta­ble but de leur action : stig­ma­ti­ser une partie de la popu­la­tion et dif­fu­ser un dis­cours raciste, se comp­ter et pro­vo­quer, tel est leur objec­tif. Pour cela, une alliance entre les Jeunesses Identitaires et les néo-nazis de Gerland a été scel­lée.

Un contexte natio­nal qui décom­plexe les idéo­lo­gies les plus nau­séa­bon­des et les vio­len­ces phy­si­ques

La poli­ti­que actuelle du gou­ver­ne­ment dési­gne des boucs émissaires : chasse aux sans-papiers, orga­ni­sa­tion de débats racis­tes (cette fois sur l’islam), nou­velle réduc­tion des droits des étranger-e-s et délit de soli­da­rité (loi Besson). Ceci afin de casser les soli­da­ri­tés et faire taire la contes­ta­tion contre l’accrois­se­ment des iné­ga­li­tés socia­les. Les « déra­pa­ges » ver­baux de mem­bres du gou­ver­ne­ment se suc­cè­dent, la droite décom­plexée la plus réac­tion­naire revient aux affai­res. Ces dis­cours conta­mi­nent à pré­sent l’ensem­ble du gou­ver­ne­ment et de l’espace public. Le FN pro­fite de sa nou­velle porte-parole pour essayer de se faire passer pour social, alors que son pro­gramme ne vise qu’à divi­ser les clas­ses popu­lai­res afin de briser tout mou­ve­ment soli­daire et d’ampleur en leur sein.

Cette « nor­ma­li­sa­tion » du FN et de ses dis­cours entraî­nent, par rejet, le déve­lop­pe­ment de grou­pus­cu­les encore plus vio­lents. Nous en voyons les consé­quen­ces direc­tes à Lyon, où les agres­sions racis­tes et fas­cis­tes se mul­ti­plient. Nous devons com­bat­tre cette bana­li­sa­tion des dis­cours racis­tes, anti­sé­mi­tes, isla­mo­pho­bes, sexis­tes et homo­pho­bes qui encou­ra­gent la haine de l’autre et pous­sent à la vio­lence.

De nom­breu­ses agres­sions per­pé­trées par les grou­pus­cu­les de l’extrême droite :

A Lyon, depuis un peu plus d’un an, de nom­breu­ses agres­sions vio­len­tes ont eu lieu. Bilan, pour les seules agres­sions connues et recen­sées : une jambe cassée, de mul­ti­ples frac­tu­res à la mâchoire, coups de batte de base­ball à la tête, coups de cutter…soit 230 jours d’Incapacité Totale de Travail et des séquel­les à vie, pour cer­tain-e-s des agressé-e-s.

Une marche qui va à l’encontre des valeurs que nous por­tons :

Nous, mili­tant-e-s, habi­tant-e-s, orga­ni­sa­tions de Lyon et de son agglo­mé­ra­tion qui nous sommes tou­jours battus pour la défense des droits humains et la soli­da­rité entre tou-te-s, ne sup­por­tons plus que nos valeurs soient ainsi bafouées, la laï­cité ins­tru­men­ta­li­sée au ser­vice de la stig­ma­ti­sa­tion de mil­lions de nos conci­toyen-ne-s, la xéno­pho­bie bana­li­sée dans les propos de minis­tres et de dépu­tés qui pré­ten­dent parler en notre nom.

Par notre mobi­li­sa­tion, nous enten­dons faire bar­rage à l’implan­ta­tion de l’extrême droite sous toutes ses formes sur Lyon et à la bana­li­sa­tion des idées racis­tes et réac­tion­nai­res. Au delà, nous enten­dons repla­cer le débat public sur le combat pour une réelle égalité entre tou-te-s, sur la soli­da­rité, la tolé­rance et l’entraide. Ces valeurs com­mu­nes aux mou­ve­ments pro­gres­sis­tes, loin d’être dépas­sées comme d’aucuns sem­blent le pré­ten­dre, sont la seule manière d’en finir avec la logi­que d’exclu­sion et de divi­sion qui fait le lit de l’extrême droite.


NE LAISSONS PAS LA MARCHE DES PORCS DÉFILER !
NE LAISSONS PAS LA RUE À L’EXTRÊME-DROITE !


Samedi 14 mai à 14h : MANIFESTATION

départ Place des Terreaux


- Pour la fer­me­ture du local néo-nazi de Gerland et du local des iden­ti­tai­res de Saint-Jean !
- Pour dire stop à l’extrême-droite et à ses agres­sions phy­si­ques !
- Pour que Lyon ne devienne pas un labo­ra­toire de la haine de l’autre !
- Pour dire NON à la pro­pa­ga­tion de la haine et de la vio­lence raciste et xéno­phobe !

Pour dire OUI à l’égalité des droits humains et sociaux pour tous et toutes !

 

 

Signataires : CCRASS, CGA, CGT Vinatier, FSE, Gauche Unitaire, Jeunes Ecologistes, JCML, LDH 8e, LDH Caluire-Rillieux, MJS, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti de Gauche, Parti Socialiste, PIR, Planning Familial, la Rafal, Ras L’Front, Résistance Citoyenne Ouest lyon­nais, ROC ML, SUD Éducation, UD CNT, UJFP, UNEF, les Voraces...

 

Source Rebellyon

Repost 0

Présentation

  • : Action Antifasciste36
  • Action Antifasciste36
  • : Blog du groupe de l'Action Antifasciste 36. Information et lutte radicalement anti-raciste,anti-fasciste,anti-sexiste,anti-spéciste et anti-capitaliste !
  • Contact

cropped-BandeauRE2-copie-1.jpg

clement-ni-oublie-ni-pardon.jpg

action antifasciste zone antifa 02

antifa00002122.jpg

1242259952949_f.jpg

scalp-copie-1-f20cf.gif

antiFN1.gif

 

2150883557_small_1.jpg

AU0161_gr.jpg

antifa2.jpg

anarchisme-anti-capitaliste-libertaire.png

a1198826.jpg

big.124683488.jpg

anti-fn.jpg

acab.jpeg

viande_meurtre.jpg

 

autogestion-.jpg

23422_1247910928537_1552376112_30670233_6807393_n.jpg

1878371011_1.gif

antifa_movie.gif

anarchie-002552.gif

lfwp1.gif

Catégories