Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 11:28

 

aff3ink.jpg

 

61402_283551078422688_1507116692_n.jpg

 

manif-13.jpg

streets-of-rage.jpg

 

antifa201012-4.png

 

415061_4139237037520_2042502234_o.jpg

Repost 0
Published by AA36 - dans CONCERTS
commenter cet article
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 12:45

 

 

[Communiqué #1]


Soutien antifasciste pour Seb !


Le 17 juin 2012, six antifascistes étaient arrêté(e)s dans les rues de Hénin-Beaumont en se rendant à un rassemblement pour protester contre le risque d'élection de Marine Le Pen au second tour des élections législatives.

Plusieurs unités de police les ont interpellés de manière virulente avant d'atteindre le lieu du rassemblement. Les activistes antifascistes ont ensuite passé la nuit en garde à vue après avoir été menottés et embarqués. C'est finalement au commissariat de Lens que les activistes ont appris les résultats de l'élection.

Deux des antifascistes interpellé(e)s ce soir-là ont fait l'objet de poursuites judiciaires. Le premier, mineur, ne semble plus être inquiété pour le moment. Nous restons vigilants.

Seb par contre, sera jugé au Tribunal de Béthune le 6 novembre 2012. Il est poursuivi pour « port d'arme de 6ème catégorie avec circonstance aggravante qu'au moins une autre personne était aussi en port d'arme ». Il est aussi poursuivi, car il a refusé de se soumettre à un prélèvement pour un fichage ADN.

Par cette accusation, l'Etat veut faire croire que les antifascistes seraient des personnes pratiquant une violence gratuite et qui ne cherchent que le désordre. La réalité est que depuis des semaines avant le soir de l'élection, les militants fascistes du Front National et d'autres groupes radicaux – dont certains venus même d'autres régions de France – multipliaient les agressions et les pressions sur les militants de gauche en général et ciblaient plus particulièrement les activistes antifascistes. Des agressions de plus en plus violentes couvertes par les forces de répression de l'Etat.

Ce que l'Etat reproche à Seb et aux militants antifascistes est d'avoir oser penser à pouvoir se défendre en cas d'agression de la part d'une des bandes néonazies qui patrouillaient en ville.

Nous appelons à la solidarité populaire, nous encourageons toutes et tous les antifascistes à multiplier les actions de solidarité, à diffuser l'information et organiser des initiatives de soutien.

Car ce qui se joue là ne concerne pas qu'un individu. La conquête d'Hénin-Beaumont et de larges parts du bassin minier est un objectif prioritaire de l'extrême-droite. Et la criminalisation de l'antifascisme et l'instauration progressive d'un climat de terreur à l'encontre des militants progressistes font partie de cette stratégie.

Nous appelons à tout mettre en œuvre pour être le plus nombreux et nombreuses possible devant le tribunal de Béthune ce mardi 6 novembre dès le début d’après midi.

Nous faisons également appel à la solidarité financière car les poursuites judiciaires coûtent cher.

 

Solidarité avec les antifascistes de Hénin-Beaumont !

 

Relaxe pour Seb au procès du 6 novembre !

 

 

 

 

http://solidarite-antifa-henin-beaumont.kazeo.com

Repost 0
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 11:23

Victoire : le pétochard Jean Bricmont chassé de la Fête de L’Humanité !
17 septembre 2012

Nous nous réjouissons de l’annulation de l’intervention de Jean Bricmont à la Fête de L’Humanité [1], où il était convié ce dimanche à un « débat » sur « l’impérialisme » par la coopérative de production audiovisuelle Les Mutins de Pangée et le journal national-stalinien Fakir [2].

Si c’est pour nous une grande victoire, elle est cependant ternie par la présence sur cette Fête de L’Humanité de divers groupuscules et individus aux orientations politiques rouges-brunes, notamment Michel Collon (invité par le Parti du travail belge et grand ami de Bricmont), les deux animateurs du site Le Grand Soir, le PRCF [3], le M’Pep [4], des panafricains pro-Gabgbo, divers pro-Palestiniens qui confondent antisionisme et antisémitisme ou anti-impérialisme et soutien aux dictatures et qui n’ont cessé d’importuner les révolutionnaires syriens et iraniens accusés de collusion avec l’impérialisme occidental, etc. Ceci sans compter la présence habituelle de stands de pays comme Cuba, la Chine ou le Venezuela, Etats autoritaires sinon dictatoriaux et alliés objectifs des dictatures arabo-musulmanes.

L’interdiction de Bricmont est donc le signe que le travail de pédagogie anti-rouges-bruns entamé depuis des mois par divers camarades commence à porter ses fruits, mais la tolérance dont ont fait l’objet les autres doit nous inciter à ne pas baisser notre garde car beaucoup de travail reste encore à faire.

Quelques mots également sur l’éviction de Caroline Fourest samedi suite à une manifestation bruyante contre sa participation à un débat sur le FN organisé par Les Amis de L’Humanité (cette affaire méritant un long développement, nous y reviendrons plus tard dans un article plus fourni). Si Caroline Fourest était indésirable à cette Fête [5], l’étaient tout autant l’ensemble des rouges-bruns qui prétendent la combattre : l’antisémite Souhail Chichah (qui s’est illustré il y a quelques mois en menant une action similaire contre Fourest à l’Université libre de Bruxelles et a été sanctionné par les autorités universitaires [6]), divers islamistes, les Indigènes [7], les Indivisibles [8], les animateurs d’Oumma.com [9], etc. L’étaient également tous les soutiens de Chichah, notamment Saïd Bouamama des Indigènes et le professeur de philosophie proche de la CNT Pierre Tévanian qui comptaient parmi les meneurs de cette action. A ce titre, nous ne pouvons pleinement nous réjouir de l’action qui a été menée contre Caroline Fourest, dans la mesure où cette action a elle-même été menée par des racistes et des islamistes et leurs idiots utiles de complices gauchistes et non par des militants antifascistes et antiracistes authentiques.

Nous tenons à rappeler que les ennemis de nos ennemis ne sont pas forcément nos amis et qu’il n’est pas possible de choisir un camp entre ces deux alternatives : l’islamisme et l’antisémitisme d’une part, l’islamophobie d’autre part. Mais nous tenons aussi à nous inquiéter du peu de réactivité sur ce sujet de nombre d’antifascistes ou prétendus tels, qui laissent ainsi l’initiative à des groupuscules et des individus plus que douteux.

Pour finir, citons la réaction de Jean Bricmont à son éviction : « Le principal reproche que je fais à CF est de "débattre" du FN, mais sans jamais lui faire face, ce dont elle serait sans doute bien incapable. Les "antiracistes" qui l’excluent sont sans doute tout aussi incapables d’aligner un argument. Finalement, pour ce qui est de la direction de la fête, quand les antifas menacent de m’attaquer, aussi pour m’empêcher de parler, la direction refuse simplement de me protéger (ou dit en être incapable) et le débat est annulé, sans que cela fasse le moindre bruit. Ceux qui détruisent la possibilité de débattre détruisent à terme la capacité de penser, y compris la leur. »

Reprocher à Caroline Fourest de refuser de « débattre » avec ses adversaires (comme s’il y avait lieu de « débattre » avec le FN) est osé de la part du pétochard Jean-Bricmont, qui sue à grosses gouttes dès lors qu’il est confronté à des contradicteurs un peu virulents (ou qu’il raconte des âneries face à la caméra de ses amis du Cercle des Volontaires). C’est ainsi qu’invité en mars dernier à « débattre » à l’Ageca avec ses amis bacharistes, il s’est lâchement réfugié derrière une rangée de Chabihas lorsque deux courageux opposants Syriens ont protesté un peu fort contre la tenue de ce meeting avant d’être évacués alors que l’animatrice Ayssar Midani proférait à leur encontre des menaces de mort en arabe, aux cris de « Il faut tous les exterminer ! » Et puis, choisir de fuir la Fête de L’Humanité face à de prétendues menaces et alors qu’en réalité le risque d’agression était très faible témoigne d’un grand courage. De toute façon, ni Jean Bricmont ni Michel Collon ne viennent porter la contradiction à leurs adversaires quand ils ne sont pas sur leur propre terrain. Enfin, nous sommes amusés de ses propos sur les « antiracistes » qui ont perturbé la conférence de Caroline Fourest, dans la mesure où parmi ceux qui ont appelé à la faire annuler on compte son ami Chichah.

Nous nous félicitons en tout cas que le service d’ordre de la Fête de L’Humanité ait refusé de protéger un négationniste patenté. Le contraire eut été incompréhensible.

 

A bas tous les racismes ! Dehors les rouges-bruns, dehors les fascistes ! Antifa vaincra !


Des antifascistes.

Repost 0
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 10:55

 Vivre sans peurs !!!


Pour une société sans peur de l’étranger, de ceux et celles qui viennent d’ailleurs pour chercher un avenir meilleur. Sans peur de subir les conséquences de la crise économique (licenciements, précarité…) et de mettre en question la viabilité du système capitaliste. Sans peur des groupuscules néo-nazis, qui essayent d’imposer leurs idées racistes par la violence. Sans peur d’affirmer son identité, de crier bien fort que notre orientation sexuelle ne nous fait pas différents. Sans peur de vouloir redonner aux femmes la place qu’elles méritent dans notre société. Sans peur de denoncer le modèle de société ultra-sécuritaire qu’ils veulent nous imposer, et de croire que c’est possible aussi de vivre ensemble sans vidéo-surveillance et policiers dans tous les coins de rue.

 

À partir de 20h :

 

Sound system (Old school dub reggae music)

BASTOR DJ


STRATEGIE DE PAIX (rap conscient, Nancy)

 

ULTIMA RIPRESA (oi, Turin)

 

TULAMORT (punk des rues, Paris)

 

 PAF: 5€

 

 

 

 

http://www.lagueulenoire.org

Repost 0
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 15:15

La sortie imminente d ’un film de Jérôme Lescure intitulé « A.L.F. LE FILM » a motivé un grand nombre de militantes et militants qui œuvrent parfois dans l ’ombre pour défendre les animaux.


A.L.F. (Animal Liberation Front – Front de libération Animal) est une organisation qui existe vraiment et mène des actions illégales radicales comme le sauvetage et la libération d ’animaux dans des élevages ou des laboratoires (beaucoup aux USA et Angleterre, mais aussi à travers toute la planète).


Le réalisateur, Jérôme Lescure, a posté sur internet la présentation de son film soutenu, entre autres, par brigitte bardot (via sa fondation qu ’elle représente et dont elle est la responsable !). Jérôme Lescure, fier de ce soutien, à posté la lettre de soutien et d ’encouragement signée de la main de bardot (avec l ’entête de sa fondation !).

Mais, fait révélateur : Jérôme Lescure n ’a cependant pas répondu aux messages demandant des explications et n ’a pas non plus hésité à supprimer, sans exception, tous les commentaires opposés à ce soutien incohérent !

 

Pourquoi incohérent ?

Les positions politiques d’extrême-droite de bardot ne sont plus à faire (5 condamnations pour incitation à la haine raciale, soutien inconditionnel à lepen pour les élections…).

Or, le sujet de ce film est une découverte en forme de plongée dans le milieu militant d ’actions directes pour les animaux qu ’est l ’A.L.F.

 

Cette organisation véhicule des valeurs éthiques envers les animaux sur des bases antispécistes (contre la domination d ’une espèce sur une autre, ce qui englobe bien évidement les dominations et discriminations humaines, tels le racisme, le sexisme, l ’homophobie ou toute autre). L ’A.L.F. est enfin une organisation qui remet en cause le capitalisme lui-même avec ses dérives consuméristes qui détruisent les humains, les animaux et la planète pour le profit, c ’est pourquoi l ’A.L.F. est donc une organisation qui se revendique d ’extrême-gauche et libertaire !

 

Il est donc incompréhensible que Jérôme Lescure par le biais de son film, traite d ’un sujet aussi radical , non pas en y enlevant l ’éthique et les valeurs, mais en les remplaçant par ce soutien fascisant à l ’opposé des positions réelles de l ’A.L.F. !


Pour cette raison, nous appelons toutes les militantes et tous les militants éthiques à NE PAS ALLER VOIR CE FILM et à relayer cette information le plus possible !


Pour préserver l ’intégrité des valeurs de l ’A.L.F. :

NON À « ALF LE FILM » de Jérôme Lescure !

 

Réseau Ethique.

 

 

 

 

Pour compléter cet article, nous rajouterons que dans les partenaires du film, nous pouvons également trouver le site fasciste "Le Klan du loup" (aussi en lien sur le site de l’association MINOTAURE FILMS). 

Les fachos du klan du loup démasqués ici par La Terre d'abord !

 



Repost 0
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 11:16

 

L'ACTION ANTIFASCISTE 36

A REJOINT LE RESEAU ETHIQUE POUR LES ANIMAUX.

 

LA LUTTE POUR LES ANIMAUX NE PEUT SE DISSOCIER DU COMBAT CONTRE TOUTES LES FORMES DE DISCRIMINATIONS.

 

NI RACISME, NI SEXISME, NI SPECISME !


 

http://reseau-ethique.org

 

 

cropped-BandeauRE2.jpg

 

 

 

CHARTE DU RÉSEAU ÉTHIQUE POUR LES ANIMAUX :


Nous, militantes et militants de la cause animale, organisées/organisés ou non, avons décidés de rejoindre le Réseau Éthique pour les Animaux car nous en partageons ses valeurs. En effet, nous nous reconnaissons dans la lutte contre toutes les formes de discriminations et de dominations, qu’elles soient basées sur l’apparence physique, la capacité mentale, l’origine ethnique ou sociale, la nationalité, le sexe, le choix sexuel ou l’espèce ; et ce, dans le respect de l’autre (animal-humain ou animal non-humain) et de la biodiversité.

Faire partie de ce Réseau Éthique pour les Animaux, c’est porter au quotidien, dans nos luttes comme dans notre vie, un idéal de justice pour tous les êtres sensibles.

En devenant adhérentes/adhérents de ce Réseau Éthique pour les Animaux, nous nous engageons à ne faire aucun compromis avec des personnes ou organisations contraires à nos principes (par organisation, nous entendons : groupes, collectifs, associations, clubs, partis politiques, fondations, religions, sectes, autres réseaux, marques, médias…).

*

 

POURQUOI UN RÉSEAU ?


Le but de ce réseau n’est pas de donner du travail en plus pour les militantes et militants de la cause animale (nous en avons déjà bien assez), mais au contraire de tisser un lien entre différentes organisations (groupes, collectifs, associations, sociétés engagées,…voir individus) qui militent pour la cause animale. C’est mettre en relation le savoir-faire de chacune et chacun, de partager et échanger des informations, fédérer et coordonner des actions simultanées dans nos villes ou régions respectives (et pourquoi pas, un jour, se rassembler pour des manifestations communes à grande échelle ?) en devenant, à nous toutes et tous, une vraie force de revendications pour la cause animale …puisque les animaux ont besoin de nous pour faire entendre leurs droits.

Ce réseau se veut éthique car la discrimination, sous toutes ses formes, doit être condamnée par une justice pour tous les êtres sensibles !

Ce réseau n’a aucun lien avec un parti politique, une religion ou une quelconque organisation. Pas de cotisation ou de souscription pour devenir membre de ce réseau militant, juste une profonde motivation pour de vraies valeurs éthiques dans la cause animale !


Pourquoi un dodo (Dronte de Maurice – Raphus cucullatus) comme symbole pour le logo ?



 

  

Parce que c’est par la disparition de cet oiseau endémique de l’île Maurice vers 1680, qu’est apparu le terme ’’extinction d’une espèce par la faute de l’humain’’ ! Il est le symbole de la condition anim ale et de ce qui est advenu depuis à de nombreuses autres  espèces (presque 500 à l’heure actuelle). Le dodo représente ainsi ce que peut attendre encore de nombreuses autres, directement ou indirectement par l’humain (massacres, chasses, destruction de leur milieu naturel, pollution…).

*

 

L’ENGAGEMENT DES MEMBRES :

 

1)     Se reconnaître dans la CHARTE du Réseau Éthique pour les animaux (ci-dessus) et avec le constat sur LE MOUVEMENT DE LA CAUSE ANIMALE EN FRANCE (page ici !).

2)     Si ce n’est pas encore le cas, mettre dans ses statuts (ou tout autre document qui définit son groupe, collectif…) sa position officielle contre le racisme, le sexisme et l’homophobie (Prendre position, cela ne veut pas dire donner de son temps ou de l’argent mais simplement affirmer des valeurs éthiques contre toute forme de discrimination), ainsi que le fait de sanctionner, puis exclure en cas de récidive, toute personne, militant au sein de sa structure, qui a un propos ou commet un acte discriminatoire.

3)     Prendre position contre le racisme ce n’est pas entrer en politique politicienne (rejoindre un parti) mais il est tout de même important de s’opposer à l’extrême droite qui véhicule ce genre de thèses. Il faut affirmer que la cause animale n’a rien à voir, de près ou de loin, avec cette mouvance fascisante. Il faut condamner les éventuels rapprochements de certaines militantes et certains militants de la cause animale vers ce genre de dérives en les excluant de nos structures et actions. Nous ne devons accepter aucun compromis avec le racisme du front national, du rassemblement bleu marine et de tous les groupuscules qui gravitent autour (bloc identitaire et autres néos nazis !).

4)     En France, par le biais de ses prises de positions racistes à travers sa fondation de protection animale, brigitte bardot est le symbole de ce type de dérives perverses. Les militantes/militants et sympathisantes/sympathisants de la fondation brigitte bardot ne sont pas toutes/tous racistes. Cependant, le fait de la soutenir (ou juste ne rien dire en laissant faire) c’est cautionner les propos publics de sa présidente et forcément de la fondation qu’elle représente. Il faut en être conscient en demandant à celles et ceux qui ne sont pas racistes de quitter cette structure et de ne plus la soutenir.

C’est pourquoi il faut absolument condamner officiellement brigitte bardot pour ses propos et prises de positions racistes et par la même la fondation qu’elle représente et celles et ceux qui la soutiennent (liste à venir). Mais aussi à s ’engager à ne plus soutenir financièrement ou moralement, ne plus accepter d’argent, de fonds, de soutien, de matériel…, ne plus appeler à signer (tracts, affiches, communiqués, pétitions, appels)…, ne plus participer à des manifestations, actions, stands… , ne plus accepter à vos propres actions, stands, cortèges, manifestations… ne plus relayer les informations, les actions, les positions…, ne plus faire ou afficher de lien (sur Internet ou en dehors)… de la fondation brigitte bardot ou toute autre association, organisation… soutenant brigitte bardot ou sa fondation. Il faut se démarquer de cette banalisation du racisme en faisant des déclarations officielles et publiques (par le biais de communiqués de presse ou d’articles dans nos magazines, fanzines, sites Internet, blogs…) sur notre position éthique et sur le refus de nous voir associées/associés à bardot, sa fondation et/ou ses soutiens.

5)     Suivant la même position que cité ci-dessus, il faut refuser tout rapprochement (de quelque manière que ce soit) avec tout autre groupe, organisation, association, collectif, parti, structure, marque… raciste, sexiste et/ou homophobe !

Repost 0
Published by AA36 - dans DIVERS
commenter cet article
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 14:52

Un site réactionnaire piège Jean Marc Rouillan


Jean-Marc Rouillan a donné une entrevue au site Diktacratie, puis il découvre que Egalité & Réconciation relaye cet entrevue et communique alors une mise au point, ou il dénonce un « hasard malheureux de la toile » qu’il pense être une récupération de l’extrême droit postérieure a son entrevue...
Sauf que le site d’origine Diktacratie est lui même un site des réseaux d’extrême droite : dont les liens avec « la dissidence française » et la position suprémaciste identitaire de kemi-seba, sont clairement indiqué.

 

En page « Qui somme nous ? » on trouve :

D’autres, enfin, comme Vincent Vauclin du site la-dissidence.org/ sont
devenus des partenaires résistants.

Et en liens de chaque page du site, on voit comme partenaire la radio
kemi-seba.com

 

...

 

J’ai appis que Rezo.net relayait ce que j’avais remarqué. Merci. Sur un autre site (le laboratoire), une personne propose que Rouillan ne se soit pas fait piégé et qu’en fait ce soit juste la vidéo qui est était récupéré par les copains de SORAL... pourquoi pas !
Mais c’est Rouillan lui-même qui indique que l’enregistrement a été fait avec une personne du site Dicktacratie.
Je pense juste que Rouillan n’avais jamais vu ce site lui-même, et que même s’il a vu, il n’avait pas percuté les pb que j’ai relevé. Tandis que E&R, ça il connaissait certainement, et il a réagi a ça.

 

...

 

Source :

http://seenthis.net/messages/83638

 

 

Repost 0
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 11:12

Mise au point de J.Marc ROUILLAN

Faites tourner !

Hasard malheureux de la toile et projet de créer de la confusion (là où il n'y en a aucune), mon interview donné à deux intervenants de Diktacratie.Com a été reproduit le 23 août sur le site d'Alain Soral.

Le projet de ce sinistre individu est bien connu. Il est ancien et remonte aux années de la peste brune. Il est tout simplement réactionnaire. En fait, il tente de démontrer qu'il existe une extrême droite qui serait antisystème, anti-impérialiste et anticolonialiste. Et mieux, qu'elle serait la seule voie praticable de nos jours.
Pour cela, il a besoin de construire des ponts imaginaires avec des militants radicalement antisystème, anti-impérialiste et anticolonialiste comme je l'ai été en tant que combattant d'Action Directe et comme je le suis car non-repenti.

Aujourd'hui cet ignoble ver de terre ose utiliser mon nom et mes mots qu'il sache toute fois qu'aucun lien n'est possible que le seul
affrontement à mort entre réaction et révolution, extrême droite et
extrême gauche, fascisme et antifascisme, domination blanche et
internationalisme.
Aucune discussion n'est possible avec la racaille réactionnaire.
Qu'ils crèvent !

Repost 0
19 août 2012 7 19 /08 /août /2012 18:20

Le Bloc identitaire se retranche dans le Loiret

19/08/2012 05:38

 

Chassés de Lignières dans le Cher, les militants identitaires ont trouvé refuge dans le Loiret, à Saint-Gondon pour y tenir, hier, leur journée nationale.

Fabrice Robert, président du Bloc identitaire, à Paris en mai. Fabrice Robert, président du Bloc identitaire, à Paris en mai. - (Xavier de Torres, Maxppp)

 

Annoncé sur tous les blogs et forums d'extrême droite cette semaine au château de Lignières, dans le Cher, le grand rassemblement national du Bloc identitaire a dû, finalement, se retrancher en urgence dans un simple champ, à Saint-Gondon, dans le Loiret. Le « sommet » de ces militants d'une extrême droite très remuante s'y est d'ailleurs déroulé hier samedi, en présence de près de 200 sympathisants. Avec, entre autres, au programme, une conférence de Joachim Véliosas, l'un des fers de lance de la pensée radicale anti-islam ou encore des « discussions » sur la « France socialiste de Hollande ». Les enfants des militants étaient eux aussi conviés à participer à la fête en suivant des initiations au tir à l'arc et au lance-pierres…

Si les militants du Bloc identitaire se sont ainsi rabattus sur cette paisible commune du Loiret, c'est tout simplement parce qu'ils ont été débusqués du château de Lignières par plusieurs associations, parmi lesquelles la Rafi, la « Résistance antifasciste », ou encore le Nouveau parti anticapitaliste de l'Indre. La commune du Cher a du coup choisi, dès la semaine dernière, d'interdire l'accès de son château à cette réunion d'été.
C'est donc Saint-Gondon qui est devenue, dès le début de la semaine, le point de chute des militants du Bloc identitaire. Le maire de cette commune a même appris la présence de ce camp par la lecture d'un article publié par nos confrères de la République du Centre. « Je croyais que c'était un camp scout », expliquait-il ainsi dans les colonnes du quotidien hier, précisant qu'il ne pouvait en rien agir puisque cette « réunion s'est tenue sur un terrain privé ».

 

 Surveillés par les gendarmes

En attendant, le Bloc identitaire a finalement trouvé un point de chute. Et ses militants ont toutefois été très surveillés. Notamment par les gendarmes qui les attendaient, hier, à la sortie de la gare de Gien, pour vérifier et enregistrer leur identité.
Le Bloc identitaire s'est, ces dernières années, ancré dans la région Centre. Présent dans le Cher, il l'est aussi en Indre-et-Loire et souhaite, si on s'en réfère aux blogs et forums d'extrême droite, s'implanter durablement dans l'Indre. Au début du mois, ce même groupuscule s'est fait remarquer à Vouneuil-sur-Vienne, dans la Vienne, à l'occasion d'une fête consacrée à Moussais-la-Bataille, l'endroit de la fameuse bataille de Poitiers. En cette première semaine d'août, les habitants avaient découvert dans leur boîte aux lettres un courrier accusant leur commune de « célébrer ses adversaires (NDLR : les Arabes) défaits dans un réflexe honteux et morbide d'autoflagellation ethnomasochiste ».

repères


Né sur les cendres de mouvements d'extrême droite

Proche du Front national, le Bloc identitaire ? Pour les cadres du parti de Marine Le Pen, ces militants-là ne sont pas fréquentables. Du côté du Bloc, certains militants n'hésitent pas, là aussi officiellement, à renvoyer la politesse en accusant le FN d'être un peu trop à gauche… Bref, le Bloc identitaire, sur ces blogs, forums, ou encore dans la rue lors de manifestations, ne fait pas dans la dentelle. Ses cibles idéologiques privilégiées : l'islamisation du pays, les homosexuels, l'avortement et récemment François Hollande. Le Bloc identitaire est né sur les cendres de mouvements d'extrême droite qui sévissaient au début des années 2000. A l'image d'Unité radicale, à laquelle appartenait Maxime Brunerie, l'homme qui avait tenté d'assassiner Jacques Chirac, en 2002. Les militants du Bloc écoutent du rock identitaire et se fournissent en « matériel » de propagande sur le site de lacagoule.com. Une société implantée dans le Loiret.

Jean-Yves Le Nezet
Source : la nouvelle république

Par Claude-Marie Vadrot - 17 août 2012

La jeune (très) extrême droite du "Bloc identitaire" en formation anti musulmane dans le Loiret

Depuis lundi 13 août, les (jeunes) militants du Bloc identitaire se réunissent pour une journée de formation dans un terrain privé au bord de la Loire sur la commune de Saint Gondon. Quelques dizaines de personnes sont déjà sur place. Le maire n’a pas été prévenu pour ce "campement" au cours duquel les militants recevront une formation idéologique et des initiations au tir à l’arc et au...lance-pierres ! Le gros de la troupe, environ 400 personnes, annoncent les responsables doit débarquer samedi matin.

 

On essaiera de vous raconter bien que cette fête soit interdite à la presse...

 

Déploiement des gendarmes en gare de Gien (Loiret)

Déploiement des gendarmes en gare de Gien (Loiret)

 

Suite....

 

Contrôle d’identité illégal...

Samedi matin de nouveaux militants de "Génération identitaire" ont débarqué à la gare de Gien accueilli par une bonne trentaine de gendarmes qui ont procédé à un contrôle systématique (avec transmission électronique de l’image de la pièce d’identité) des identités des arrivants. Ce qui, quoi que l’on puisse penser de ces militants obsédés par l’islam et les "étrangers" est parfaitement illégal.

 

 

Philippe Vardon, porte parole des identitaires

Les quelques journalistes présents ont été accueillis devant la gare de Gien par Philippe Vardon, un commerçant Niçois d’une trentaine d’années et titulaire d’un diplôme de sciences politiques, qui a obtenu 3 686 voix (3%) lors des dernières élections municipales de Nice (et non 5000 comme les identitaires s’en vantent sur leurs sites). A l’origine, le porte parole de ces identitaires voulait tenir sa "conférence de presse" devant une salle de boxe incendiée il y a deux jours. Pour montrer que "les identitaires ne sont pas des fauteurs de trouble mais que ce sont les arabes qui sèment" le désordre.


 

Affirmation ne reposant sur rien puisque la gendarmerie continue à enquêter sur cet incident. Mais tout au long de son discours Philippe Vardon n’aura finalement évoqué que sa phobie des étrangers et des migrants comme il le fait depuis quelques années à Nice. D’ailleurs les conférenciers (interdiction d’aller les entendre) devant prendre la parole au bord de la Loire, sont tous des obsédés de l’immigration et de l’islam. Comme Joachim Véliosas qui accuse tous les hommes politiques de "collaborer" avec les islamistes.

 

Petit détail rassurant : vers 12 h samedi, les 400 militants annoncés étaient à peine 200 au bord de la Loire

 

A l'entrée du chemin vicinal menant au camp Identitaire, interdiction de passer

A l’entrée du chemin vicinal menant au camp Identitaire, interdiction de passer

 

Pour en savoir plus : www.larep.fr ce journal a eu le courage de donner à deux reprises des infos sur cette "réunion" qui n’a pas (encore ?) eu les honneurs de FR3 centre

 

 

 

Par rafindre -
Repost 0
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 11:42

LE CAMP FAF EST EN FAIT JUSTE A COTE DE POILLY-LEZ-GIEN :

A SAINT GONDON

 


POUR ECRIRE A LA MAIRIE DE SAINT GONDON

(sans injures)

 mairie-st.gondon@wanadoo.fr

 

 

Article-larep-16.08.12-camp-id.jpg

 

Source : larep

Repost 0

Présentation

  • : Action Antifasciste36
  • Action Antifasciste36
  • : Blog du groupe de l'Action Antifasciste 36. Information et lutte radicalement anti-raciste,anti-fasciste,anti-sexiste,anti-spéciste et anti-capitaliste !
  • Contact

cropped-BandeauRE2-copie-1.jpg

clement-ni-oublie-ni-pardon.jpg

action antifasciste zone antifa 02

antifa00002122.jpg

1242259952949_f.jpg

scalp-copie-1-f20cf.gif

antiFN1.gif

 

2150883557_small_1.jpg

AU0161_gr.jpg

antifa2.jpg

anarchisme-anti-capitaliste-libertaire.png

a1198826.jpg

big.124683488.jpg

anti-fn.jpg

acab.jpeg

viande_meurtre.jpg

 

autogestion-.jpg

23422_1247910928537_1552376112_30670233_6807393_n.jpg

1878371011_1.gif

antifa_movie.gif

anarchie-002552.gif

lfwp1.gif

Catégories